» Moi & les autres » Moi & ma Vie » L’orgueil et le besoin de plaire

L’orgueil et le besoin de plaire

woman-695451_1920

Au-delà de nos blessures qui nous tiraillent et nous font réagir à des circonstances, il y a en chacun de nous une dose d’orgueil et une dose de besoin de plaire qui nous pousse également à écouter notre égo plutôt que notre cœur.

L’orgueil nous invite à chercher à avoir le dernier mot, à voir raison, à « gagner » au détriment d’une situation, personne et même de notre bien-être.

Pourquoi se faire autant de mal ? Quand on y regarde de plus près, il est évident que notre égo dans ce cas, nous fait croire que nous sommes quelque part en danger, qu’il faut nous protéger en activant des réactions d’orgueil. En réalité, c’est le meilleur moyen d’attirer à soi des circonstances inconfortables et même parfois terriblement désagréables, mais il nous est terriblement difficile de faire marche arrière ! Une fois que nous avons choisi l’orgueil comme chemin, il nous faut prendre une sacré dose d’humilité pour pouvoir revenir en arrière et convenir que nous nous sommes trompés !

A côté de l’orgueil, il y a le besoin de plaire. De même que l’orgueil, il nourrit notre égo, mais il agit différemment. En effet, le besoin de plaire au lieu de nous mettre en avant fait passer l’autre d’abord. On cherche dans ce cas à satisfaire l’autre en faisant des pirouettes quitte à s’oublier et à s’engager sans vérifier si l’on est capable de tenir ces engagements.

De la même manière, on se retrouve dans des situations parfois complexes puisque quelque part on nie une partie de soi et on n’écoute pas ses besoins. A un moment ou à un autre, les masques tombent, on se retrouve à éprouver des émotions désagréables et on préfère en général accuser l’autre plutôt que de se demander si ce que l’on a fait était vraiment en cohérence avec qui on est.

Dans un cas comme dans l’autre, ces deux manières d’agir, que nous avons apprises soi-disant pour « survivre » ou « nous protéger » sont à l’opposé de ce qui nous fait nous sentir bien. Sauf que voilà, désapprendre est quelque chose de difficile qui demande du temps et beaucoup de conscience.

Pour vous y aider, penser à vous faire accompagner ! Rien de tel qu’un guide comme moi qui est passé par là et sait exactement ce que vous êtes en train de vivre et ce qui peut vous faire prendre conscience plus vite de ce qui vous freine.

A bientôt sur mon site www.lesentier.fr !

Charlotte Huillet

Guardar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *